Bienvenue sur The Fall of Olympus !
Le forum a ouvert ses portes le 24 février 2017.
Venez en grands nombre ! Nous attendons plus que toi !
Le forum connait une baisse d'activité suite au vacances.
Soyez indulgent.
Sinon TFO vous souhaite bonne vacance à tous!

Partagez | 
 

 Vive le sport [Artémis et Shin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

MessageSujet: Vive le sport [Artémis et Shin]   Dim 16 Juil - 22:21

Une goutte d'eau tombe sur mon front et m'arrache un frisson en glissant le long de ma joue, puis le long de mon cou jusque sous le col de mon t-shirt. Il pleut depuis une demi-heure, et pourtant je reste dehors, au beau milieu du mal-nommé Paradise Park. L'endroit a beau être agréable, fleuri, arborisé et tout ce que vous voulez, on remarque aisément les traces laissées par les hommes dans ce lieu qui pourrait être bien plus paradisiaque. Des arbustes taillés de façon peu naturelle ; des déchets qui traînent de-ci, de-là. Mais le pire, ce sont tous ces humains que je croise, en couple ou seuls, marchant ou courant. Ils sont tellement minables. Si je ne devais pas garder la forme, je ne mettrais pas un pied ici, dans cet endroit rempli de foutus humains, mais il faut que j'entretienne mon corps d'athlète alors je viens courir ici deux fois par semaines. Je fais dix tours du parc, une pause pour faire une série de vingt pompes et deux séries de vingt abdos, puis de nouveau dix tours, pompes, abdos, jusqu'à ce que je sois à bout de souffle.

Là, j'en suis à mon dixième tour. Je croise un couple de foutus humains en train de s'embrasser au milieu de la piste. J'hésite à leur faire une vacherie, genre les pousser dans le fossé, leur renverser ma gourde sur la tête, mais je me retiens et garde le rythme. Ils ne le méritent pas, ce ne sont que des humains qui ne croient plus en nous et ne sont pas dignes de notre attention. Je me contente donc de les fusiller du regard en les contournant et poursuis ma route, le souffle court et les foulées allongées. Lorsque j'atteins mon point de repère, un vieux banc en bois défoncé, je m'arrête et m'y assied une minute, le temps de boire à la gourde attachée à ma cuisse droite par une lanière de cuir. Cette lanière est la seule que je porte aujourd'hui, ayant laissé celles portant les fourreaux de mes lames chez moi - inutile de m'alourdir pour simplement courir, d'autant que je n'ai pas prévu de chasser. Pour ne pas qu'elle me gène, je laisse ma gourde sur le banc et entame mes séries de pompages à côté du sentier, histoire de ne pas me faire écraser par un coureur peu attentif.

Deux minutes plus tard, j'achève mon dernier abdo et prends une dernière gorgée d'eau... la dernière de ma gourde, d'ailleurs. Je pince les lèvres, agacée que ce genre de débilité me ralentisse dans mon entrainement, et prends la direction du ruisseau à quelques mètres sur la gauche du sentier. L'eau n'y est pas des plus propres, mais ce n'est pas ça qui me tuera, si? Je m'accroupis au bord de l'eau et y plonge ma gourde, faisant fuir les quelques poissons qui traînent dans le coin. Je souris. Je ne suis pas une grande fan des animaux aquatiques, mais ils restent des animaux ; je peux les contrôler. Yeux plissés, je me concentre pour les faire venir à moi et leur fais faire des bulles dans l'eau, donnant une impression de mini-jacuzzi. Trop mignon! Si un humain voyait ça, il rirait sûrement... et Zeus viendrait m'engueuler en me disant d'être plus prudente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Dim 16 Juil - 23:16

« Vive le Sport »

ft. Artémis L. Fowler
Comment me suis-je retrouvé dans ces buissons? Cela est en fait, une assez longue histoire mais je me dois de vous la partager. Il s'avère que malgré mon côté sévère et parfois je-m'en-foutiste, je porte une réelle affection pour les animaux de nature chat. Je me baladais comme ça, comme un dimanche, sans savoir quoi faire -car dans tous les cas, il n'y a jamais rien d'ouvert et c'est l'un de mes jours de repos- à l'un des parcs d'Athènes. Pas le plus joli mais suffisamment assez pour qu'il arrive à me sortir de chez moi et de mes habitudes parfois de casanier. Bref. Vous l'aurez compris; j'ai voulu m'approcher de la bête, elle m'a fui, et je l'ai suivi, jusqu'à l'un des endroits les plus sombres de ce parc. En même temps, derrière des buissons, c'est rare que notre vue soit au maximum.

Mais revenons à maintenant et non pas à ce qu'il s'est passé. Je me redresse rapidement pour ne pas me faire prendre et enlève la poussière de mes épaules à l'aide de quelques effleurements. Mon regard se porte sur ce qu'il y a autour de moi, et il n'y a pas de quoi s'affoler apparemment malgré la jeune femme qui s'amuse au bord d'un ruisseau. Elle semble assez concentrée sur ce qu'elle fait, elle n'a pas dû me remarquer, à mon plus grand bonheur. Une main dans les cheveux, je retire les petites branches et feuilles qui trainent en les jetant au sol et tire sur ma veste pour paraître plus propre et mieux ordonné avant de sortir de ma cachette et de repartir sur le chemin principal.

Je reste tout de même intrigué par cette jeune femme. Qui resterait aussi longtemps près de l'eau à observer les poissons si ce n'est un pêcheur? Je pars un peu plus vers sa gauche pour observer ce qu'elle fait réellement et cela ne semble pas naturel. "Je peux vous aider?" lui demandais-je en m'étant rapprocher d'elle avant de m'accroupir à ces côtés. "Tu ne m'en voudras pas si je ne te reconnais pas dans ton apparence humaine dis moi?" continuais-je en prenant plus de liberté. La plupart des divinités se connaissent entre elles. Si ce n'est pas personnellement, on a déjà tous plus ou moins entendu parler de untel ou untel. Imaginez que je tombe sur un bon ami et que je ne l'avais jamais croisé auparavant. Mais quelle nouvelle ce serait! Rien que de penser à ceci, je suis tout émoustillé! "Avoue toi aussi tu lui en as voulu à Zeus pour ce qu'il a fait. Non mais sérieusement? Pour qui il se prend le vieillard là? La crise de la quarantaine comme ils disent ici, elle est passée depuis longtemps normalement pour lui!" commençais-je à râler tout en m'écroulant les fesses au sol. Tant pis si je dois en salir mon pantalon mais ça me laisse toujours sur le cul. "T'as réussi à avoir une bonne situation dans ce monde?" la questionnais-je tout en restant concentré sur ces poissons que j'essaie d'imaginer en apparence de Namazu.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Lun 17 Juil - 10:11

Je sursaute en entendant une voix dans mon dos. Ces foutus humains, incapables de se mêler de ce qui les regarde! Evidemment, j'ai relâché ma concentration juste assez longtemps pour rompre le lien avec les poissons et ils se sont dispersés dans le ruisseau comme si de rien n'était. Génial. Je referme ma gourde sans répondre et lève les yeux vers l'homme qui s'approche de moi. Un foutu humain inconnu un peu trop avenant, merveilleux. Je repose mon regard sur la surface de l'eau au moment où il s'accroupit et m'apprête à me relever quand... Mon apparence humaine? Comment a-t-il su? Il n'a pas pu voir mon manège avec les poissons de là où il se tenait, si? Il faut vraiment que je soies plus prudente, imaginez que c'ait été un humain, je me serais faite engueuler par Zeus et il aurait trouvé un moyen de me faire du mal, comme toujours...

Mais attends... s'il m'a reconnue comme étant une déesse, ça veut dire qu'il est un dieu aussi? Intriguée, je le dévisage en silence, tentant de l'identifier, mais c'est impossible dans ce corps de mortel. Il va falloir que je lui parle pour savoir qui il est, le faire partir et continuer mon entraînement tranquillement. Sauf qu'il ne m'en laisse pas le temps et reprends la parole pour se plaindre de mon père, cet ingrat qui nous a envoyés ici sans raison valable, allant jusqu'à l'appeler "vieillard". Je lève les yeux au ciel, même si un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Je suis totalement d'accord avec lui... Je le regarde s'asseoir au bord de l'eau et hésite une seconde avant de l'imiter. Je peux bien prendre une minute de repos en plus, non?

Et voilà qu'il me demande si j'ai une bonne situation, avant même que j'aie eu le temps de répondre à quoi que ce soit avant. Il ne s'arrêtera donc jamais de parler?! Je ris doucement avant de me concentrer à nouveau sur les poissons pour les faire tourner en rond devant nous, en un cercle parfait.


Je me demandais quand tu arrêterais de parler.

Je lui lance un regard en coin et souris avant de reposer les yeux sur les poissons rouges et blancs pour éviter qu'ils s'enfuient.

Je suis Artémis, et mon cher père m'a laissé mon nom dans ce bas-monde ; on me connait sous le nom d'Artémis Lynn Fowler. J'en ai voulu à Zeus et, bon dieu, je lui en veux toujours! Il n'avait aucune raison pour nous envoyer ici avec ces immondes humains qui ne croient plus en nous et...

Je m'arrête de parler avant de commencer à râler pendant une heure à propos de mon père. Ca ne servirait à rien, d'autant qu'il semble penser la même chose que moi. Je ferme les yeux pour me calmer et, quand je les rouvre, je fais sauter les poissons hors de l'eau, un par un, avant de reprendre leur place dans le cercle.

J'ai une assez bonne situation, une maison, un travail en tant qu'éthologiste et zoologiste et je chasse souvent pour me nourrir. A ton tour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Lun 17 Juil - 15:16

« Vive le Sport »

ft. Artémis L. Fowler
Venais-je de faire une gourde monumentale? Je pense que oui. Parler ainsi de son père. Elle a beau être d'accord avec moi, cela n'empêche pas que j'y suis peut-être y aller un peu fort. C'est comme si je disais d'une femme que c'est un bénitier à sperme et qu'on me réponde "c'est ma mère". Ca a tendance à refroidir direct. Après, j'assume très bien mes propos. Je ne vais pas me cacher de ce que je pense et de ce que la plupart des divinités pensent à son sujet bien que je prends l'initiative que tout ne vient que de moi. Après, nous avons tendance à dire tel père tel fils ou telle fille, peu importe. La jeune Artémis serait-elle aussi borné que l'est notre bien aimé boss? Cela reste à voir.

Cependant, je ne pensais pas y voir une haine aussi profonde envers lui et encore plus aux humains. "Les gens évoluent, puis avec l'arrivée de la science pour expliquer certains phénomènes, c'est bien normal qu'ils se dirigent vers de nouveaux horizons. Qu'est-ce qui t'embête le plus? Qu'ils n'aient plus la foi ou le fait qu'ils t'ont effacé de leur mémoire, ne sachant que brièvement qui tu es si ce n'est une déesse grecque?" lui demandais-je sans scrupule. Les humains ne sont pas si affreux au final. Des gens comme nous. Du moins, comme nous actuellement bien que nous ayons des pouvoirs en plus et encore! Ca dépend desquels! J'ai appris que des humains pouvaient aussi être médium donc c'est pour dire. Nous avons le même don, à quoi je sers à présent? Je me racle la gorge pour reprendre la parole. "Fille de Zeus. Tout le monde a bel et bien entendu parler de toi. Ton frère est sur Terre aussi ou il n'est pas encore descendu embêté les humains? Il a dû bien rigoler en voyant la sanction qu'on s'est pris... Et Chiron, il va bien? Vu que normalement tu as été élevée par lui il me semble, si mes souvenirs à ton sujet sont bons." lui demandais-je par simple curiosité. Je pense que je devrais m'arrêter là sans rentrer trop en détail car savoir si sa virginité n'est qu'un mythe ou quelque chose du genre. Je pourrais la considérer comme une amazone à mes yeux, je ne vais pas m'y frotter et risquer d'être torturé d'une manière dont je ne veux même pas imaginer.

Je suis plutôt content que les choses se passent bien pour elle, me dis-je comme si la vie par ici ne m'avait pas gâté. Comment pouvais-je cependant me présenter à elle? On me connait sans réellement me connaître dans le milieu. L'équivalent d'Hadès pour elle, je serais comme son oncle mais venant d'un autre pays. "Je suis Shinigami, je ne sais pas si tu as entendu parlé de moi auparavant. Dieu de la vie et de la mort japonais blablabla. On m'a reconverti en professeur de théâtre et de cinéma. Va savoir. J'aurais pu être porteur funéraire ou vendeur de marbre aux pompes funèbres mais apparemment je ne correspondais pas à profil. Pas assez creepy et délavé à leur goût. Après ça me va aussi hein." lui dis-je dans un premier temps. "Ha oui, j'ai un loft avec Baldr, je ne sais pas si tu vois?" ajoutais-je donc pour que nous soyons à égal niveau informations de l'un ou de l'autre.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Lun 17 Juil - 15:52

Un léger mal de tête s'insinue sous mon crâne, signe que j'atteins les limites de mon pouvoir. Après cinq foutues minutes. Je secoue la tête et romps le lien avec les poissons pour les laisser repartir vaquer à leurs activités plus naturelles. La question de... il ne m'a pas encore dit son nom. Je soupire. Sa question me prend de cours. Ce qui me dérange le plus avec les humains? En quoi ça le regarde? Il a déjà été assez indiscret de la sorte, non? Je décide de ne pas répondre à cette question et me contente de lui lancer un regard d'avertissement pour lui faire comprendre que je ne suis pas aussi bavarde et sociable que j'en ai eu l'air les cinq dernières secondes. Je n'aime pas parler, encore moins quand il faut parler de moi et certainement pas quand on me demande ce que je pense de telle ou telle chose. Les humains sont pathétiques et je ne les aime pas, c'est tout ce qu'il doit savoir à ce sujet, fin de la conversation.

Je suppose qu'il a compris que ce sujet de conversation ne mènera nulle part, vu qu'il change du tout au tout. Il me parle de ma famille, à présent. Je soupire à nouveau. Il est au courant que je ne sais encore rien de lui et qu'il me pose des questions dont les réponses ne le regardent pas? D'autant que ses références ne sont pas tout à fait correctes concernant Chiron ; il ne m'a absolument pas élevée, c'est Apollon et moi qui lui avons apprit la chasse, la médecine, l'art et toutes ces conneries. Le seul à m'avoir élevée, c'est Zeus. Même Léto, ma mère, a dû se cacher de la fureur de Héra, ne pouvant presque pas nous approcher, mon frère et moi à cause des erreurs de mon père.


Nous sommes tous à Athènes, nous sommes arrivés ensemble. Mais je n'ai retrouvé que peu de monde encore, et cela n'inclus pas mon frère. Ni Chiron, d'ailleurs. Juste Dionysos, Thanatos et Hécate.

Mon coeur se serre légèrement en pensant à mon frère. Nous avons beau être les opposés l'un de l'autre, j'aimerais le retrouver, voir ce qu'il devient. Quand je pense que peut-être nous nous sommes déjà croisés et parlés, j'ai des envies de meurtres. Nous nous serions reconnus, en ce cas, non? Nous aurions ressenti quelque chose, un lien qui nous unit. Nous sommes jumeaux, bon sang! Pourquoi nous avoir séparés de la sorte? Je commence à arracher des brins d'herbe à côté de moi et à les déchiqueter.

Enfin, il me parle de lui. Shinigami, psychopompe japonais. Evidemment, je ne connais pas autant sa vie qu'il semble connaître la mienne, mais oui, j'ai déjà entendu parler de lui. Professeur de théâtre? Quel est le rapport avec la divinité qu'il est? Jusque là, tous les dieux que j'ai rencontrés avaient un travail lié à leurs fonctions en Olympe, c'est étrange qu'il soit une exception...


Baldr, hein? Comment un dieu japonais et un dieu nordique se sont-ils retrouvés à partager un logement? Quels sont les noms qu'on vous donne ici-bas? Je suppose que Shinigami et Baldr ne doivent pas passer inaperçu dans les rues d'Athènes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Mar 18 Juil - 21:09

« Vive le Sport »

ft. Artémis L. Fowler
Je n'ai qu'une seule et unique question. Est-ce que je parle trop et serais-je parfois indiscret?
Certes, je ne la connais pas plus que ça, si ce n'est par des ragots que nous entendons par-ci par-là mais tout de même. Nous appartenons plus ou moins à la même famille, du moins à la même espèce. Si ça continue, je vais poursuivre mon chemin en étant choqué et déçu et je n'ai pas envie de rentrer chez moi plus déprimé que je ne l'étais déjà. Cependant, je sais déjà que je pourrais tout aussi rencontrer des connaissances de cette dernière et ce bon vieux Thanatos. Oui, un dieu de la mort comme je le suis, je ne peux que le considérer comme un ami. Ce n'est pas dans Harry Potter que les trois frères l'accueillent -la mort- comme une vieille amie? Exactement. "Tu as bien de la chance. Depuis que nous sommes ici je n'ai croisé aucun compère." lui dis-je pour lui répondre.

Mon attention et ma concentration sont soudainement coupés lorsque notre chère Artémis arrête ce qu'elle avait commencé. La conversation se porte finalement sur mon colocataire et moi. A croire que tout ce qui m'arrive est improbable. Zeus, à quoi joues-tu? Je ne suis pas un personnage Sims que tu vas faire galérer en enlevant les échelles autour de la piscine hein! J'ai un cœur,
j'ai une âme, pourquoi tant de haine? Tu me fais passer pour un guignol ridicule et bien que le ridicule ne tue pas et que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, ce n'est pas le moment de me tester jusqu'à mes limites. "On se nomme Shin Baker et Eden Wagner. Mais ça va. On ne traîne pas vraiment ensemble, surtout dans l'appartement et on a tendance oui, à faire des soirées de temps en temps en invitant tout le monde mais c'est ok. Je ne sais pas comment on s'est retrouvés ensemble par contre. Il n'avait pas de logement, je l'ai hébergé et on s'est liés d'amitié. Il est comme le soleil qui éclaire mes journées et mes nuits. Je le vois comme ça en tout cas." lui répondis-je en prenant bien le temps de vérifier si j'ai bien répondu à toutes ses questions. "A la prochaine soirée, tu es invité. Je crois que je vais créer un groupe pour toutes les divinités. Je t'y ajouterai et on se tiendra au courant, qu'en penses tu? Plus on est fous, plus on rit et peut-être que Dyonisos nous aidera à atteindre certains stades de notre folie car à son jus de raisin fermenté." ajoutais-je. Ce serait malpoli de ma part de faire venir tout le monde sans qu'elle ne soit du troupeau. "Tu habites loin dis moi? Et les amours, les amis ça va?" continuais-je pour essayer de maintenir la conversation.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Mar 18 Juil - 22:09

Je crains d'avoir vexé ou déçu le japonais en ne répondant pas à sa question, mais je m'en fiche. S'il veut continuer à parler avec moi, il doit apprendre que je ne suis pas des plus faciles à vivre et que je me réserve le droit de ne pas répondre, tout comme il a le droit de zapper une de mes questions si l'envie le prend. Et je ne juge pas non plus être forcée de justifier tout le temps le pourquoi de telle réponse - ou absence de réponse. Il me dit n'avoir rencontré aucune divinité jusqu'alors et je compatis. Il doit se sentir bien seul, entouré de tous ces humains et sans personne pour se plaindre, hormis un dieu qui ne vient pas de son monde. Je ne le connaissais pas avant, mais s'il est aussi sociable qu'il le paraît, il doit certainement souffrir de cette solitude, là où je la savoure à la moindre occasion.

Shin Baker et Eden Wagner... je tâche de mettre ces noms dans un coin de mon crâne, notamment celui de Baldr ; ce serait dommage de le croiser sans me souvenir qu'il est un dieu. Il me raconte ensuite les soirées qu'ils organisent et je retiens une grimace. Il ne doit pas savoir que je n'apprécie pas ce genre de choses, sinon il n'en parlerait pas tant. Je tâche de l'écouter sans montrer mon absence d'intérêt et vais même jusqu'à lui offrir un sourire quand il m'annonce que je suis invitée à leur prochaine soirée et qu'il envisage d'inviter Dio également. Bon dieu, si mon frère est là, il est impossible que je mette les pieds à cette soirée! Tout le monde boira à en être ivre tandis que je m'ennuierai à mourir en les regardant et en refusant les nombreuses tentatives pour me faire boire. Non, ce serait une terrible perte de temps. Je décide de commencer à répondre au plus facile ; sa vie commune avec Baldr.


C'est bien que vous vous soyez trouvés. Il est certainement important d'avoir quelqu'un avec qui on peut parler de tout ça.

Je fais un geste de la main pour désigner la situation dans son ensemble. Je me mords la lèvre inférieure, cherchant un moyen adoucit pour lui annoncer que je ne viendrais pas à ses soirées. Je suppose qu'un "pas question que je vienne me faire chier chez toi" lui fasse plaisir, alors je réfléchis deux secondes avant de reprendre la parole, lentement.

C'est bien gentil de ta part, mais ce n'est pas mon style. Je préfère passer une soirée à chasser ou observer les animaux plutôt que d'être entourée de gens alcoolisés. Mais je transmettrai l'invitation à Dionysos la prochaine fois que je le verrai.

Je lui souris pour encore adoucir mes paroles. Ce qu'il me demande ensuite me ferait rire s'il n'était pas aussi sérieux. Les amours? Il croit vraiment que moi, Artémis, je vais me lier de façon amoureuse? Apparemment oui... Je réfléchis à qui pourrait être considéré comme ami avant de lui répondre. Hécate? Je ne l'ai vu qu'une fois. Thanatos est loin d'être un ami et Dio est mon frère, je suis obligée de le supporter. Non, je n'ai pas d'amis.

J'habite à Kolonaki, une maison près des bois. Pas d'amour pour moi et des amis... Hécate doit être ce qui s'en rapproche le plus. A moins qu'une fille soûle que j'ai invité à décuver chez moi soit considérée comme une amie?

Je ris en me souvenant d'Olympéa, une fille pathétique que j'ai trouvée ivre dans les bois. Je l'ai aidée à rentrer chez moi, pour ne pas avoir sa mort sur la conscience, puis l'ai invitée à y dormir le temps de pouvoir rentrer chez elle sans risquer de se perdre. Elle n'est pas une amie, mais c'est la seule humaine que j'ai pu supporter à moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Mer 19 Juil - 17:20

« Vive le Sport »

ft. Artémis L. Fowler
Je reste un peu dubitatif face à cette conversation. Ai-je bien fait de l'approcher? Elle n'est pas très bavarde et nous n'avons rien en commun. Je ne devrais pas juger je pense ou du moins, je ne devrais pas tout simplement mais je pense que la jeune femme ne va pas être à mon goût niveau personnalité. Oui, je suis là pour me faire des liens, je ne pensais pas que j'en aurais un aussi négatif après quelques minutes. Peut-être que mon avis changera au fil du temps mais si je me suis fait une idée d'une personne, il me faudra un grand changement pour que je pense à autre chose. "Oui oui, c'est une bonne chose et j'espère que ça t'arrivera aussi." répondis-je donc à sa remarque bateau d'une personne qui ne semble pas du tout intéressé. Rien qu'avec ça je savais qu'elle allait refuser ma proposition. Elle pourrait m'afficher tous les sourires du monde, cela ne changera rien. Mon opinion est fixe et il vaut mieux apparemment qu'elle ne vienne pas, cette rabat-joie bien que ce soit sympa qu'elle fasse passer le mot.

Je prends un moment de réflexion, hochant la tête à ce qui semblerait être la soirée parfaite pour elle. Chasse et pêche wow quelle ambiance! J'aimerais bien annuler tous mes plans pour passer une nuit dehors à l'accompagner. Je rigole intérieurement à cette situation que je m'imagine qu'à moitié. "Et sinon, ta vie est toujours aussi ennuyeuse ou non? Car dit comme ça, tu ne fais rien pour essayer de te remonter le moral et passer du temps avec les autres, c'est déprimant. Puis c'est comme si d'accord, tu aimes peut-être être seule mais à ta façon, je pourrais penser que tu ne penses qu'à ton monde et que les autres tu t'en fous comme pas possible. Tu dois être insupportable à vivre bon sang! Je comprends que ton père t'a envoyé ici mais à réagir de cette façon tu risques d'y rester une éternité. C'est pas mon problème tu me diras hein. Mais wow! Et après on dit de moi que je suis chiant à mourir. Et bien, ils ne t'ont pas encore rencontré décidément." lui dis-je en me relevant tout en m'essuyant les fesses et partir à son opposé. Oui c'était gratuit mais je devais lui faire part. Je ne peux pas garder une telle chose pour moi, c'est impossible.

Mais la conversation continue. Pourquoi lui avoir parlé autant dites moi? Pas d'amour, pas d'amis. Qui s'en serait douté? Pas moi, je ne vous le cache pas. "Ca peut être considéré comme tel, une pote de breuvage, au maximum. Encore aurait-il fallu lui parler et la connaître un peu plus. Peut-être que vous vous seriez bien entendues qui sait? grâce à un miracle." rétorquais-je avant de commencer à marcher pour retrouver mon cher et tendre Eden. Peut-être que lui, contrairement à cette rencontre et à cette balade, il arrivera à me requinquer. Je viendrai pleurer dans ses bras en lui disant que les humains sont de gentils personnages alors que les dieux ne sont que de vulgaires individus qui ne pensent qu'à leur nombril. Du moins, lui étant l'exception. "Je pense que nous devrions nous dire adieu, au plaisir de ne jamais te revoir. A moins que tu aies quelque chose à rajouter? Je t'en prie, je suis tout ouïe et j'ai du temps à perdre." ajoutais-je comme si je n'en avais pas dit assez. Il faut vraiment que j'arrête de mettre de l'huile sur le feu parfois.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Mer 19 Juil - 18:31

Je hoche la tête quand Shin me souhaite de trouver quelqu'un à qui parler moi aussi. Il veut certainement être gentil et ne sait pas que je préfère être seule plutôt que de discuter météo avec des gens qui ne m'intéressent pas. Je me tais, pour une fois, n'étant pas d'humeur à m'engueuler avec la première divinité qui me passe sous la main. Pas comme avec Thanatos. Pas comme avec Hécate que j'aurais pu tuer avant qu'elle me donne son nom. Dionysos est une exception ; il est mon frère et je tiens à lui, même si je ne l'admettrais jamais devant lui, bien sûr. J'ai une réputation à tenir, voyez-vous, et la fierté légendaire dont je fais preuve en est une grande partie.

Je hausse un sourcil quand il commence à me critiquer, juger ma vie, mes goûts, mon attitude. En temps normal, je m'en serais totalement fichée mais là! Je ne pense pas avoir fait quoi que ce soit pour mériter ça, j'ai été plus aimable que d'ordinaire, j'ai répondu à quasiment toutes ses foutues questions et je ne pense pas l'avoir insulté comme je le fait d'ordinaire avec les gens. Mentalement, je me repasse notre discussion tandis qu'il continue à m'invectiver de paroles que je n'écoute pas. Pas de "débile" "imbécile" ou "idiot", j'ai juste refusé son invitation à une soirée où je ne me serais pas sentie à l'aise. Classe de sa part de me juger comme ça! Les yeux écarquillés, je suis toujours en train d'essayer de comprendre quand il répond à ma question sur Olympéa qui ne demandait pas de réponse.

Un miracle? Mais pour qui il se prend, cet ingrat mal élevé?! Je saute sur mes pieds en même temps qu'il se relève et lève une main pour attraper une de mes lames accrochées à ma poitrine. Mes doigts se referment sur de l'air et je me rappelle que j'ai laissé mes fourreaux à la maison. Heureusement pour lui, je lui aurais fait ravaler ses insultes, si j'avais eu une arme sous la main. Je fulmine en le regardant s'éloigner et pince les lèvres quand il se retourne pour me dire adieu et qu'il a du temps à perdre. Oh, lui, il va déguster! Si je ne peux pas le faire saigner, je vais le faire rentrer chez lui en pleurant.


Tu te prends pour qui, pour me parler comme ça? J'ai été sympa avec toi, bien plus que d'habitude, et tu oses me traiter comme de la merde juste parce que je refuse d'aller à une de tes sauteries débiles? Excuses-moi de ne pas avoir besoin de me bourrer la gueule pour me sentir heureuse! Excuses-moi de ne pas avoir besoin d'être collée aux foutus gens pour me sentir bien! Toi, tu ferais n'importe quoi pour paraître intéressant, pour que les gens t'aiment et tu es pathétique! Un vrai toutou de Zeus, tu me répugnes! Amuses-toi bien à lui lécher les bottes pour qu'il te prenne en pitié mais moi je ne compte pas changer pour qu'il m'accorde ce que je veux.

Je le fusille du regard et mets toute l'amertume possible dans mes mots. L'adrénaline pulse dans mes veines, j'ai besoin de cogner quelque chose... ou quelqu'un. Il ferait un superbe punching-ball, mais je me retiens. Il n'est pas digne de mes poings, pas même assez pour mes mots. Il m'a fait perdre assez de temps comme ça.

Je suis d'accord, il vaut mieux nous dire adieu. J'ai mieux à faire et, contrairement à toi, je n'ai pas de temps à perdre pour des conneries pareilles.

Je lui lance un regard dédaigneux avant de passer devant lui pour rejoindre le sentier de course.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Mer 19 Juil - 19:51

« Vive le Sport »

ft. Artémis L. Fowler
Al'entente de ses paroles, je ne peux m'empêcher de me retourner, un large sourire suspendu à mes lèvres. Je sais bien que je l'ai provoqué mais venant d'une personne qui ne se prend pas pour n'importe qui, je m'attendais à mieux. Je regarde le sol d'un air amusé avant de rigoler. "Tu sais, de base, ce n'était qu'une simple question mais au moins, tu pourrais reconnaître mon honnêteté." lui dis-je en tant que première partie. "Je ne te reproche pas de ne pas venir, bien au contraire, c'est ton choix. L'alcool qui se verse à flot ne change rien à l'attitude que nous avons les uns envers les autres bien que pour certaines personnes, ça peut aider. Cependant, tu me parles de te juger mais tu fais exactement la même chose. Je ne fais rien pour paraitre intéressant, tout comme je n'ai pas besoin des gens pour vivre. Tu me parles de Zeus ainsi mais ce comportement que tu as, est-ce un moyen pour te sentir différente alors que dans le fond tu n'es rien d'autre qu'une fille à papa? Mais je t'en prie continue, tu m'intéresses. Peut-être qu'on se recroisera lorsque tu auras fini ta crise d'adolescente rebelle." lui rétorquais-je toujours ce sourire aux lèvres. Elle fait ce qu'elle a envie de sa vie, je ne dis pas le contraire mais elle risque de s'ennuyer. Elle a maintenant un corps de mortel, qu'est-ce qu'il y aura marqué sur son épitaphe? "J'ai voulu vivre ma vie comme bon me semble, voilà ce qu'il en résulte, une tombe non fleurie, à mon plus grand regret." Génial! Quelle ambiance!

Elle passe devant moi comme si elle était fière de sa remarque, qui n'a laissé aucune cicatrice sur moi. C'était bien tenté, un bon divertissement, je peux le reconnaître. Par automatisme, je me mets à la regarder et commence à siffler, un sourire plus provocateur se dessine sur mes lèvres. Je commence à marcher et arrive presque à sa hauteur. "T'es censée partir de l'autre côté, reste pas sur ma route, tu veux bien? Chacun rentre chez soi, ne suis pas ma voie ou tu risques de me supporter durant tout le voyage." lui dis-je en la dépassant.
"En plus il me semble avoir vu un gibier, allez c'est bien petite, va le chasser avant qu'il ne t'échappe comme la vie que tu laisses filer entre tes doigts." ajoutais-je sur un ton de sarcasme. Elle n'a rien demandé, c'est vrai mais je ne peux m'en empêcher. La tentation est beaucoup trop tentante et comme dirait Oscar Wilde, le seul moyen de se débarrasser d'une tentation est d'y céder.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Mer 19 Juil - 20:24

Je n'écoute que d'une oreille son discours censé m'humilier ou je-ne-sais quoi. Il se justifie, encore et encore, me fait comprendre que je ne suis pas meilleure que lui. Je lève les yeux au ciel, je n'ai jamais prétendu être une sainte ou quoi, j'ai mon caractère et oui, je juge les gens, comme tout le monde. Sauf que, pour une fois, je n'ai pas exprimé mon jugement à voix haute, je lui ai laissé le bénéfice du doute et ça m'est revenu en pleine gueule. Comme quoi les gens sont tous pareils, ils ne sont jamais contents et essayeront toujours de faire du mal autour d'eux. Voilà pourquoi je préfère m'entourer d'animaux. Eux ne sont pas mesquins, ingrats et cons comme les gens - humains et divinités confondues. Je secoue la tête sans lui répondre, il ne le mérite pas.

Lèvres pincées, je commence à courir pour reprendre mon entrainement et serre les dents en l'entendant me rattraper. Il commence à me pousser à bout et j'ai l'impression que ça l'amuse, qu'il fait exprès de m'emmerder alors que j'ai déposé les armes. Il risque de le regretter, cet enfoiré, et qu'il ne vienne pas pleurer pour que je le ramène chez lui quand il ne sera plus en état de marcher. Il me dit de partir dans l'autre sens pour ne pas le gêner alors que lui pourrait se retourner ou attendre une minute pour ne pas me coller au cul comme il le fait. Et il ose se moquer de moi par rapport à la chasse, cet enfoiré! J'essaie tant bien que mal de l'ignorer, mais je ne suis pas connue pour mon sang froid et mon humilité. Si on me cherche, on me trouve.

Sans prévenir, je fais volte face et balance mon poing à la base de la gorge de Shin pour lui couper la respiration. Je n'attends pas qu'il riposte et balaye ses jambes de mon pied pour qu'il se retrouve au sol à plat ventre. Je ne souris pas, ne tirant aucun plaisir à cette situation. Un homme passe à côté de nous et fait mine de l'aider à se relever mais s'éloigne quand il croise mon regard furieux.


Je mène ma vie comme je veux et sache que je suis heureuse comme ça, ne t'en fais pas. Maintenant reste là pendant que je pars si tu veux rester entier.

Je lui donnerais bien un bon coup dans le visage pour faire bonne mesure, mais je suis assez bien élevée pour ne pas frapper un homme à terre. Je le fusille une dernière fois du regard et me retourne pour reprendre ma course, en espérant pouvoir être tranquille cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   Jeu 20 Juil - 19:36

« Vive le Sport »

ft. Artémis L. Fowler
Mais quelle sauvage! Ceci est un trait qui m'attire chez les femmes. Certes, j'ai la respiration saccadée à cause du coup reçu, cela n'empêche pas que cette charmante demoiselle me fait bien rigoler. Du moins demoiselle, maintenant c'est à se le demander. Je pourrais très bien rétorquer mais est-ce que je vais vraiment le faire? Une femme qui agresse un homme, les passants les regardent juste se disputer alors que l'inverse... L'homme se prend souvent une raclée. Allez savoir la logique alors que c'est de l'abus dans les deux sens. Je m'agrippe à l'homme qui a eu la bonne idée de m'aider mais me retiens les mains sur les genoux en la suivant du regard. Elle a les balls tout de même, bien plus que certains mâles. Et c'est donc ainsi qu'elle est à mes yeux. Je devrais même commencer par dire "il". "Merci beaucoup monsieur." dis-je à cette noble personne avant qu'elle ne s'en aille par le regard froid de mon adversaire. On ne me vainc pas aussi facilement. C'est comme si on présentait un combat entre Vegeta et Sangoku. Qui est qui maintenant? La suite au prochain tome.

Mon combattant peut bien s'échapper. Je finirai par le rattraper et lui faire la peau. Je me concentre un minimum, plissant les yeux ce qui me rend l'air idiot et l'observe en profondeur avant de fermer les yeux pour plus d'efficacité. Je sais très bien quand cette Artémis va mourir et je peux vous dire que c'est dans d'affreuses souffrances. Qui lui infligera? J'espère être l'heureux élu. Je cesse d'utiliser mon pouvoir et sens mes jambes trembler. Quelle idée de se servir de mon pouvoir alors que je suis amoché. Enfin. Elle n'a pas touché mon visage donc je suis toujours le bel héritier japonais de la mort. C'est ok. Mais ses menaces ne me font pas peur. Comment suis-je censé rétorquer? Est-ce que je la mets à terre de la façon la plus traître du monde en l'attaquant par derrière ou est-ce que je lui donne rendez-vous en haut d'une colline à l'aube accompagné d'une arme au choix pour un duel sans fin et sans pitié? Bien que cette dernière idée soit complètement ridicule mais je trouve quelle a un certain charme, allez savoir.

Je respire un grand coup. Je ne me suis toujours pas décidé. Est-ce que je devrais lancer une phrase finale un minimum badass pour me faire respecter, histoire d'avoir le dernier mot bien qu'il soit sans intérêt ou devrais-je la laisser partir en lui faisant croire qu'elle est la seule et unique vainqueur de cet affrontement? Je n'ai peut-être pas gagné la bataille mais elle ne survivra pas à la guerre, qu'elle se prépare à cela. Je me redresse peu à peu, tout en m'étirant et reste fixe sur mes deux pieds bien à plats au sol. Les points serrés, un regard froid sur mon visage, les cheveux dans le vent, je décide juste de prendre l'air et c'est le courant d'air qui fait que j'ai ce regard de chinois. Bref. Je me mets en marche, suivant le même chemin qu'elle bien qu'ayant une route différente.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Vive le sport [Artémis et Shin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vive le sport [Artémis et Shin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Quel sport faite vous?
» vive Chavez, vive Castro
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» Compte de Kairo Shin
» Artémius Minéos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fall of Olympus :: Archives de la ville :: Archives de la Ville :: RP Terminés-
Sauter vers: